A l'origine de la fleur de lys

Fleur de lys dorée sur fond bleu, attribut des rois de France, l’histoire mérite un détour via errata botanique. La fleur emblématique aurait été distinguée par Clovis, qui repéra le gué décisif pour une victoire ensuivant les traces d’une biche sur une rive bordée d’iris des marais.  Mais cet iris tout en or, conquérant printanier des cours d'eau, n’a rien d’un lis.

Emblème monarchique, variétés sauvages

Il y a bien des iris sauvages, immédiatement reconnaissables à leur forme ternaire. Mais dans les jardins d’aujourd’hui ce sont les couleurs éclatantes qui attirent le regard sur les grandes fleurs hybrides, dont les variétés américaines ont pris le leadership.  La passion des iris n’a jamais égalé la tulipomania, cependant les collectionneurs renchérissent sur toute une palette de coloris, avec des variantes de touches vives à la barbe des grosses fleurs.

Cultivées, mais prêtes à s'échapper

La floraison dure d'avril à mai dans une succession de variétés. L’iris devance les graminées qu’il domine jusqu’à la fin du printemps. Il supporte le froid et ne craint pas la sécheresse, il vient en plaine comme en montagne où il préserve les talus de l'éboulement par ruissellement. Il reste en  en place de longues années sans demander son reste en terrain difficile, mais dans les jardins il a vite fait d’étendre son rhizome et de déborder des massifs où demeurent tulipes et autres bulbes bien dociles. Enchanteresse,  sa liberté au long d’un chemin, telle celle son cousin des marais régnant sur les ruisseaux capricieux...


Ces photos sont celles d'iris fleurissant en montagne, parmi une collection sélectionnée à l'iriseraie de Papon située à  Laplume, près d'Agen en Lot et Garonne:  iriseraie.papon@wanadoo.fr . En visitant cette iriseraie en avril on peut emporter les pieds dont on choisit les couleurs pendant la floraison mieux que sur un catalogue aux photos parfois trompeuses.


naviguez en utilisant les barres du menu,

ou cliquez ici pour entrée directe sur les séries